La trichotillomanie est un phénomène qui concerne de nombreuses personnes. Elle se traduit par une manie d’arracher les cheveux et de mordre le bulbe. S’agit-il d’une maladie ? A quoi est-elle due ? Faut-il suivre un traitement ? Peut-on en guérir ? En voilà autant de questions qui nécessitent une réponse. Voici justement quelques informations qui peuvent mieux vous éclairer sur la trichotillomanie.

La trichotillomanie, c’est quoi ?

Pour ceux qui se demandent qu’est ce que la trichotillomanie, il s’agit d’un trouble de comportement et non pas une maladie. Il est causé par une incapacité à gérer les émotions ou la tension intérieure. Pour se calmer, les victimes se mettent à s’arracher les cheveux ou les autres poils de leurs corps comme les cils et les sourcils. En général, ces gestes compulsifs ne s’arrêtent pas automatiquement. Il faut mentionner que la trichotillomanie peut toucher n’importe qui, peu importe le sexe et l’âge. Mais les adolescents, notamment les filles qui sont particulièrement émotives, sont les plus concernés par le trouble.

Comment se produit la crise ?

La crise survient de façon inattendue. La plupart du temps, elle a lieu le soir lorsque le trichotillomane se retrouve seul chez lui ou dans sa chambre. Elle peut également se produire quand ce dernier se trouve face à une situation difficile ou bien quand il fait une activité qui demande une forte concentration. Lors d’une crise, l’esprit du trichotillomane est en errance. C’est comme s’il est en train de rêver avec les yeux bien ouverts. Puis, il se met tout à coup à accomplir les gestes compulsifs. Le trichotillomane trouve plaisir en mordant ses bulbes capillaires. Il ne se rend pas compte de son état qu’après avoir constaté la masse de cheveux par terre.

Quelle est la cause de la trichotillomanie ?

L’origine de la trichotillomanie diffère d’un individu à l’autre. Lorsque ce phénomène assez bizarre touche les enfants âgés de 1 ou de deux ans, il est généralement lié au stress. Voilà ce qui explique le fait que le bébé touche ses cheveux pendant un bon bout de temps avant de s’endormir le soir. Il peut aussi accomplir le même geste lorsqu’il se réveille en pleine nuit.  La trichotillomanie qui survient à l’adolescence a en revanche une cause émotionnelle. Parfois, elle est aussi causée par l’angoisse ou l’anxiété. Raison pour laquelle, elle affecte surtout les jeunes filles. Ces dernières ont souvent du mal à accepter et à s’habituer au changement de leurs corps.

La trichotillomanie, c’est dangereux ?

Est-ce que la trichotillomanie peut avoir des complications ? Quels sont ses effets néfastes sur la vie de la victime ? En premier lieu, il faut préciser que le fait de s’arracher les cheveux peut nuire à l’esthétique du trichotillomane. Il peut perdre une bonne partie de sa chevelure. Ainsi, pour cacher les dégâts, il se trouve obliger de porter régulièrement un couvre-chef. Chez les jeunes filles, couvrir les cheveux d’un foulard ou bien les attacher est la solution idéale.

La trichotillomanie peut également causer d’importants dégâts sur le plan psychologique. La victime se sent honteuse d’avoir agi ainsi et elle n’arrive pas à comprendre son comportement. Pourtant, elle s’abstient de raconter son problème à ses proches.  Elle est donc la seule à connaître et à affronter ses addictions gestuelles. Ce qui rend la trichotillomanie encore plus dangereuse, c’est qu’elle est peu connue des spécialistes. Voilà pourquoi, le trouble est souvent négligé et que les victimes n’ont pas droit à une bonne prise en charge.

Quelle solution faut-il adopter ?

Certes, la trichotillomanie n’est pas une maladie. Mais comme n’importe quel trouble de comportement, elle ne se résout pas facilement. La question qui se pose est : existe-t-il un traitement de la trichotillomanie ? Si oui, lequel et à quel spécialiste faut-il s’adresser ?  Si le phénomène concerne les tout-petits, la première chose à faire est de consulter un psychologue. Ce dernier intervient en deux phases. Tout d’abord, il va essayer de calmer et de réconforter l’entourage du bébé. Il faut dire que les parents se mettent souvent à paniquer par peur de ne pas pouvoir aider leurs enfants. Ensuite, le professionnel présente les solutions à adopter pour réduire, voire éliminer les gestes compulsifs de l’enfant. En général, il mise sur des jeux tactiles ou des séances de massage.

Quand c’est un adolescent qui est touché par le trouble, la psychanalyste classique n’est pas vraiment une solution adéquate. Il vaut mieux se tourner vers la thérapie comportementale et cognitive ou bien la thérapie de l’acceptation et de l’engagement ou ACT. Le but est de soigner la jeune victime avec des méthodes pratiques comme la méditation ou bien la pleine conscience. Dans certains cas, on peut aussi essayer de résoudre le problème en modifiant les habitudes du trichotillomane. A titre d’exemple, au lieu d’arracher ses cheveux, ce dernier peut toucher à son écharpe, à un collier ou bien à son menton.

Pour les victimes du trouble qui ont du mal à supporter leur apparence, la pose d’extension ou de postiche fait avec des cheveux naturels est la solution la plus indiquée. Cela leur permet de vivre en toute sérénité et de continuer à avoir une vie sociale normale. En effet, ils n’ont plus à craindre des regards des autres, surtout lorsqu’ils se trouvent à la piscine ou bien à la plage.

Quelques précautions à prendre

Certains spécialistes prescrivent à leurs patients des médicaments dans le but de réduire le nombre de crises et de les atténuer. Or, il est important de souligner que jusqu’à présent, aucun traitement médical ne permet de  vaincre la trichotillomanie ou de gérer les addictions gestuelles. Ainsi, il faut absolument s’abstenir de prendre un tel ou tel médicament, sous prétexte qu’il a fonctionné pour d’autres victimes du trouble.

En outre, sachez qu’en dépit de la prise en charge d’un spécialiste, il est fort probable que la crise persiste. Toutefois, elle perd en intensité. Au lieu de voir une boule de cheveux par terre, la victime n’arrache qu’un ou deux tiges par jour.  Ainsi, il ne faut pas céder à la panique. Le traitement d’un trouble comportemental demande du temps. La persévérance est de mise. Par ailleurs, il faut garder en tête que quelques cheveux qui tombent vont repousser un jour où l’autre. Avec quelques soins pratiques, ils vont retrouver leur beauté éclatant et leur vigueur.

Share This
istanbul escort

istanbul escort istanbul escort