L’alopécie ou la calvitie est un problème qui concerne environ 10 millions de Français actuellement. Elle est considérée comme un fléau du temps moderne. Auparavant, ce phénomène touchait catégoriquement les hommes. Mais le nombre de femmes atteintes de calvitie est aussi en hausse actuellement. S’agit-il d’une maladie ? Quels sont les symptômes ? Quelle en est la cause ? Comment la traiter ou la prévenir ?

Bien comprendre la calvitie

La calvitie est connue de tous comme une perte massive et accélérée des cheveux. Plus d’une centaine de tiges peuvent tomber au quotidien. En outre, la chute n’est pas passagère. Elle survient sur le long terme. Le début de la calvitie prend le nom d’alopécie. Cette appellation est aussi utilisée lorsque la chute se manifeste de façon précoce et chronique.

Ce qu’il faut préciser, c’est que la calvitie est une disparition anormale de la chevelure. On peut donc la considérer comme une maladie. Elle touche surtout les hommes âgés de 50 ans. 20% des jeunes et un bon nombre de femmes sont aussi des victimes de ce phénomène. Il peut même affecter les garçons et les adolescents.

Les statistiques révèlent aussi que 30% à 40% des individus appartenant à la classe d’âge de 30 à 50 ans sont sujets à des risques d’alopécie. Notons qu’il existe 7 types de calvitie. Voilà ce qui explique le fait que la manifestation du problème diffère d’un individu à l’autre.

Les 7 types de calvitie et leurs causes

La calvitie androgénétique est une des formes les plus courantes de la perte capillaire. Elle touche généralement les hommes. Elle est liée à un excès de production d’hormones masculines, dont la testostérone et les androgènes. Les femmes ménopausées peuvent également développer cette forme de calvitie, et ce, à cause de l’affaiblissement de leurs défenses hormonales.

Le début de calvitie ou (Alopécie) concernant les adolescents de 14 à 17 ans est une autre forme de la pathologie. Le phénomène est connu sous le nom alopécie précoce. La chute commence au niveau des tempes, du front et des golfes.

Il y a aussi l’effluvium ou l’alopécie diffuse. Les victimes de ce type de calvitie perdent la totalité des cheveux au niveau du crâne la plupart du temps.

Il faut maintenant parler de l’alopécie héréditaire. C’est la forme la plus courante du problème. Comme son nom l’indique, elle se transmet de génération en génération. Elle touche les personnes qui portent le gène malade.

Il y a aussi la calvitie naissante. C’est une perte capillaire qui touche l’arrière du crâne, les tempes et le vertex.

Un autre type de calvitie est également est causé par la fatigue, la grossesse ou certaines maladies. Baptisée alopécie saisonnière, elle survient surtout au printemps ou en automne.

Enfin, il faut parler de la calvitie de traction. Elle se manifeste par le raccourcissement progressif des cheveux situés sur la zone post-frontale. Les chignons trop serrés sont souvent à l’origine de ce phénomène. Raison pour laquelle, il porte le nom d’alopécie de chignon.

Les causes de la calvitie

Comme vous pouvez le constater, la calvitie n’est pas toujours héréditaire. En effet, la chute capillaire peut avoir de nombreuses causes. Il faut citer le stress généré par des problèmes sentimentaux, professionnels ou familiaux. Il provoque la production en masse d’androgènes. Ces substances favorisent la chute des cheveux.

La carence en fer qui réduit la force des globules rouges est aussi à l’origine de la calvitie. Pour information, les globules rouges fournissent de l’oxygène aux tissus qui fabriquent les cheveux.  Il faut aussi mentionner la fatigue ou asthénie qui a un impact nocif sur la croissance capillaire.

L’usage de produits de soins trop agressifs, l’excès de consommation de sucre et de sel et certaines maladies comme le cancer sont aussi des causes probables à l’alopécie.

Les symptômes de la calvitie

Chez les hommes et les femmes, le symptôme de la calvitie varie donc selon la zone touchée. Il s’agit en général de la chute des cheveux qui se trouvent au niveau du front, des tempes, de la tonsure, du toupet et du tourbillon.

La perte capillaire se produit petit à petit. Dans la plupart des cas, ce sont les cheveux situés au niveau des golfes et des tempes  qui chutent en premier. Ainsi, lorsque cette zone est dégarnie, sachez qu’il y a un réel problème.

Le début de calvitie (ou Alopécie) peut aussi se traduire par un éclaircissement du toupet ou un front dégarni vers l’arrière. La disparition des cheveux s’accentue au fil du temps. Mais il y a également des signes avant-coureurs du problème. On cite entre autres les cheveux devenus trop gras, la présence de pellicules et l’allongement de la raie médiane.

Les préventions de la calvitie

Il est tout à fait possible de prévenir la chute capillaire. Si vous présentez un signe de calvitie, il faudra rééquilibrer l’alimentation. Vous devez manger davantage de viande rouge et des aliments riches en vitamine B et E et en protéines. Ce sont les nutriments qui contribuent à la croissance de la chevelure. Il faut aussi consommer beaucoup de légumes verts et de céréales complètes sans oublier de boire de l’eau.

Si vous avez des cheveux gras, vous devrez les laver fréquemment en vue de vous débarrasser de l’excès de sébum. En outre, il est fortement recommandé d’utiliser un shampoing doux doté d’un PH neutre. Préférez aussi le séchage à l’air libre, car le sèche-cheveux nuit au cuir chevelu. L’utilisation des fers à friser, des élastiques et des produits agressifs comme les laques et les gels est également à éviter.

Par ailleurs, il est tout aussi important de rappeler que les chevelures sont bien fragiles. Elles ont besoin d’un bon soin. Un massage du cuir chevelu au moment de l’application du shampooing pourrait par exemple améliorer la santé de votre crinière. Porter un chapeau lors d’une longue exposition au soleil est aussi un moyen de réduire les effets néfastes des UV sur votre cuir chevelu.

Les traitements de la calvitie

Seul  un médecin peut établir un diagnostic qui permet de connaître la cause de la calvitie. Il est aussi en mesure de proposer le traitement adéquat. En général, pour remédier au problème, les professionnels de la santé proposent la micro-greffe. C’est une opération chirurgicale qui consiste à prélever des racines de cheveux au niveau de la couronne pour les réimplanter sur la zone dégarnie. Elle se réalise sous anesthésie locale. Sa durée est de 2 à trois heures. Notons qu’il est possible de renouveler l’opération trois à 4 fois. Il faut seulement ajouter un intervalle de trois mois entre chaque traitement.

L’application d’une lotion capillaire tous les jours permet également de stopper la perte des cheveux. Le produit a pour fonction de retarder le cycle capillaire. Il existe aussi des traitements médicamenteux qui donnent des résultats efficaces. Ils permettent la repousse rapide des cheveux.

Share This