La pelade : de quoi parle-t-on exactement ?

La pelade est une pathologie provoquant la chute ou la perte de cheveux par plaques. Il est important de la distinguer de la chute de cheveux qui peut être provoquée par un événement difficile ou suite à un traitement thérapeutique comme une chimiothérapie ou encore un bouleversement hormonal.

La pelade est, en réalité, une maladie auto-immune qui intervient essentiellement au niveau des follicules pileux sans pour autant que les cellules souches ne soient détruites. Les études indiquent que la pelade est liée à des facteurs génétiques pouvant faire en sorte que cette pathologie peut être transmise de génération en génération au sein d’une même famille. Elle est observée surtout chez les personnes souffrant de certaines pathologies auto-immunes.

Comment se présente une pelade ?

Femme souffrant de pelade sur une partie de ses cheveuxLa pelade est encore appelée « alopécie en plaques » : elle touche principalement le cuir chevelu et les zones pileuses. Elle se caractérise par une perte de cheveux par zones très localisées. Il s’agit, en réalité, d’une maladie inflammatoire chronique affectant les follicules pileux. La maladie évolue par poussées, surtout chez l’enfant et le jeune adulte. La pelade se caractérise par une perte de cheveux ou de poils corporels. Le plus souvent, on observe des plaques de tailles variées (de 1 à 4 cm) totalement dépourvues de cheveux. Il existe trois types de pelades :

  • La pelade diffuse lorsque seule une grande partie du cuir chevelu est concernée
  • Une pelade décalvante lorsque tout le cuir chevelu est concerné dans son ensemble
  • La pelade ophiasique qui concerne les poils du front, des tempes et de la nuque essentiellement.

Il existe une autre forme, plus rare : la pelade universelle, qui concerne l’ensemble du cuir chevelu et les poils corporels. Elle peut également affecter les ongles. Les personnes voient également apparaître, dans certains cas, des taches blanches et une texture rugueuse de leurs ongles.

L’évolution de la pelade

L’évolution de la pelade varie d’un sujet à l’autre. Certaines personnes ne souffrent plus d’aucun symptôme au bout de 12 mois alors que chez d’autres, les poussées continues, accentuées de rechutes ou d’absence de repousse du cheveu. Généralement, la pelade se limite au cuir chevelu mais l’inflammation peut s’étendre au niveau du menton (Voir notre article sur la pelade sur barbe) et autres zones corporelles ainsi qu’aux ongles qui deviennent cassants et rugueux.

Le diagnostic de la pelade

Un simple examen clinique suffit habituellement à diagnostiquer une pelade, surtout lorsqu’il y a présence de plaques sans cheveux. Un dermatologue peut néanmoins déterminer le stade de la maladie, à savoir qu’il y a cinq stades de pelades :

Stade 0 Stade 1 Stade 2 Stade 3 Stade 4
Pas d’alopécie < 25% du cuir chevelu touché Entre 25% et 49% du cuir chevelu touché Entre 75% et 99% % du cuir chevelu touché Alopécie totale

 

La pelade : quelques chiffres

En matière de pelade, tout le monde est à risque : hommes, femmes et enfants.

L’incidence de la maladie est de 60 000 à 120 000 cas par an en France (chiffres de 2007) soit de 0,1% à 0,2%.

Chacun d’entre nous a 1,7% de chances de développer une pelade au cours de notre vie. Un chiffre qui augmente de façon substantielle s’il y a des facteurs génétiques préexistants, avec un cas sur trois de personnes touchées par une pelade.

Les traitements pour la pelade

Bien qu’elle ne soit pas une pathologie grave, la pelade nécessite une prise en charge médicale permettant de favoriser la repousse des cheveux. Selon le type de pelade et les résultats de l’examen clinique, on peut envisager plusieurs formes de traitement comme des corticoïdes en application ou en injection, du minoxidil ou encore une crème à l’anthraline. Bien que je recommande généralement de soigner sa perte de cheveux naturellement, je n’ai jamais eu ce cas et je ne sais pas si cela marche. Mon avis sur le minoxidil  (efficacité, effet secondaire) est très mitigé mais dans ce genre de situation, je pense qu’il faut tout de même essayer si le mal-être est trop grand.

Pour les formes les plus graves de pelade, le médecin ou le dermatologue peut préconiser une immunothérapie par contact, des corticoïdes ou encore une photo-chimiothérapie.

Plus encore que le traitement lié à la pelade, les patients ont besoin d’être pris en charge psychologique. Le soutien des proches, des professionnels de santé et autres personnes – comme par exemple les groupes de soutien – sont essentiels. Parfois, le recours à un psychologue s’avère nécessaire, étant donné que certaines formes de pelade entraînent des troubles de l’humeur ou des dépressions.

Par ailleurs, il existe des solutions cosmétiques efficaces, dont :

Share This
istanbul escort

istanbul escort istanbul escort