La ménopause provoque la chute des cheveux

Nous savons que la ménopause est une période sensible pour les femmes, durant laquelle elles connaissent de grands changements, que ce soit au niveau physique, comportemental ou émotionnel. Certaines femmes redoutent ce moment, car elles le connaissent mal et en appréhendent les conséquences. Il est maintenant admis que les changements hormonaux induits par la ménopause provoquent la perte des cheveux, ce qui peut engendrer de forts complexes chez les femmes, qui subissent une certaine pression de la société quant à leur apparence et la beauté de leur chevelure. Zoom sur ce phénomène et sur les traitements permettant de limiter la perte des cheveux.

La ménopause provoque la chute des cheveux

Les conséquences de la ménopause

La ménopause induit de grands changements physiologiques. En effet, quand les règles s’arrêtent, le corps ne produit plus d’hormones ovariennes, ce qui provoque une baisse de la concentration en œstrogènes de 80%. En revanche, la sécrétion des hormones androgènes ne diminue que de 10% à 30%, ce qui produit un déséquilibre hormonal nouveau qui a plusieurs conséquences.

La conséquence qui nous intéresse ici est la perte des cheveux. En effet, on appelle ce phénomène alopécie androgénétique, car cette chute de cheveux est provoquée par les androgènes, des hormones habituellement plus présentes chez les hommes. Quand les œstrogènes ne sont plus suffisamment concentrés pour contrebalancer l’effet négatif des androgènes, la chute des cheveux commence.

Les cheveux commencent par s’affiner et se désépaissir, notamment au sommet du crâne. Ainsi, après quelque temps, la chevelure semble moins fournie, les cheveux sont plus ternes, fins et cassants. Même s’il est rare qu’une femme perde ses cheveux au même point qu’un homme, ce phénomène peut avoir un impact négatif sur sa qualité de vie et sa confiance en elle.

Traiter la perte des cheveux

Ce phénomène apparaît généralement vers la cinquantaine, lors de la ménopause ou quelques années avant. Le premier réflexe à adopter est de réaliser un diagnostic des cheveux, afin de déterminer si leur chute est de cause hormonale, environnementale ou due à une carence par exemple. Si la cause hormonale est confirmée, certains traitements permettront de ralentir la perte des cheveux.

Certains massages ou soins peuvent être préconisés : consultez un spécialiste pour recueillir son avis et vous y retrouver parmi les dizaines de produits prétendument miracles. Il existe aussi des traitements hormonaux de substitution, appelés THS, que certaines femmes prennent à la ménopause pour en diminuer les effets. Ces traitements hormonaux ne sont accessibles qu’après un bilan médical complet, et sous la condition d’un suivi régulier par un gynécologue.

Ainsi, certains types de THS montrent des effets bénéfiques sur la perte des cheveux. En rééquilibrant la balance hormonale, ils permettent de lutter efficacement contre la perte des cheveux, ainsi que d’autres conséquences comme la prise de poids ou les sautes d’humeur. Cependant, il faut être vigilant : certains traitements se révèlent neutres, voire aggravent la chute des cheveux. N’hésitez donc pas à vous renseigner et à consulter plusieurs spécialistes, car ils connaîtront sûrement une solution qui vous conviendra parfaitement.

Share This