Au vu des dernières avancées scientifiques de L’Oréal en matière d’implants capillaires, il se pourrait bien que l’impression 3D soit l’avenir de la création de nouveaux follicules pileux. Travaillant en partenariat avec l’entreprise Poietis, le géant français du cosmétique a développé une technologie permettant d’imprimer des objets à base cellulaire. Focus sur l’impression 3D, la nouvelle solution probable contre la calvitie et la perte de cheveux.

Les bases de la technologie d’impression 3D développée par Poietis et L’Oréal

La technologie en question est basée sur l’accumulation de minuscules gouttelettes d’encre biologique par laser assisté. Une technique qui commence par la mise en place d’une carte digitale permettant de déterminer les cellules et tissus à placer afin de créer la structure biologique souhaitée. Les informations de base sont entrées dans le système qui réalise ensuite, couche par couche, les follicules pileux, à partir de quelques 10 000 gouttelettes par seconde. Un processus qui met du temps pour, au final, créer un follicule pileux prêt à se développer.

Poiteis joue un rôle clé dans ce processus, maîtrisant déjà ce type de technique pour la création de cartilages et d’autres types de cellules humaines.

Une grande première qui devrait aboutir en 2018. L’impression 3D en cosmétologie n’est pas une nouveauté puisque L’Oréal se base déjà sur cette technologie dans ses travaux de recherche et développement.

Une grande avancée dans le domaine de la calvitie et de la perte de cheveux

L’impression 3D, si elle permet de recréer un follicule pileux de cheveux, permettra également de faire de grandes avancées dans le domaine de la biologie du cheveu et de mieux comprendre les raisons de la chute de cheveux. Par ailleurs, L’Oréal précise que les follicules pileux créés seront utilisés dans le test de nouveaux produits pour cheveux, contribuant à l’objectif de L’Oréal de venir à bout de problèmes associés à la chute de cheveux comme la dépression et bien d’autres problèmes d’ordre émotionnel. Reste à savoir si les follicules pileux pourront ensuite être réimplantés…

Si l’impression biologique offre de belles perspectives aux personnes souffrant de chute de cheveux, il faut savoir que Poietis n’est pas la seule entreprise qui œuvre dans ce domaine. Les autres sociétés qui œuvrent dans le même domaine ont tendance à utiliser le principe d’extrusion plutôt que l’assistance laser afin de créer des tissus. En l’occurrence, la technologie utilisée par Poietis a pour avantage de réduire le niveau de stress sur la matière biologique. À terme, cela signifie moins de dommages potentiellement irréparables.

Si la technologie mise en place par L’Oréal et Poietis s’avère concluante au terme des tests effectués actuellement, elle représente une formidable solution pour toutes les personnes atteintes de calvitie et pour lesquelles la chute de cheveux représente un réel problème, impactant autant sur leur estime de soi que sur leur quotidien. Il est encore trop tôt pour affirmer si oui ou non ce procédé d’impression 3D formera la révolution tant attendue en matière de repousse de cheveux, mais les objectifs des entreprises sont à la hauteur de leurs ambitions, pour un résultat probablement à venir dans un futur proche. A suivre… de très près !

Share This