Récemment, l’agence nationale de la sécurité des médicaments (L’ANSM) a publié un rapport intitulé : « Finastéride : surveiller le risque de dépression et d’idées suicidaires » qui remet en question les effets secondaires d’un médicament ayant obtenu une autorisation de mise sur le marché il y a 25 ans, en 1992. Sont essentiellement concernés, les hommes auxquels ce médicament est prescrit pour lutter contre la calvitie ou la chute de cheveux. Aujourd’hui, la Finastéride (vendue sous le nom de Propecia et du Chibro-Proscar) se vend à raison de 30 000 boîtes par mois (sachant qu’une boîte correspond à un mois de traitement). Penchons-nous sur l’alerte lancée par l’ANSM.

La Finastéride : rappel du traitement

FinasterideMédicament anti-androgène, la Finastéride est indiquée pour lutter contre l’effet de la testostérone, dans le traitement contre la chute de cheveux. Utilisé par des milliers d’hommes à raison de 1 mg par dose, il permet de lutter contre l’alopécie androgénétique et les crânes dégarnis, surtout chez les sujets relativement jeunes. Une dose plus importante de 5 mg est également préconisée, mais dans le contrôle de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

À quoi correspond l’alerte lancée par l’ANSM ?

L’Agence nationale de la Sécurité des Médicaments met en avant le fait que des effets indésirables ont été signalés, principalement en matière de troubles psychiatriques, avec notamment un risque de dépression et d’autres risques neuropsychiatriques dont l’automutilation et la dépression liés à l’absorption de cette molécule. En revanche, aucun risque de suicide n’a été évoqué, ni par l’ANSM, ni par une étude pharmaco-épidémiologique publiée dans le JAMA Internal Medicine plus tôt en 2017.

Prenant en compte les risques inhérents à la Finastéride, l’Agence européenne des Médicaments (EMA) a pris les devants en demandant que les notices d’information pour les deux dosages soient modifiées, afin que les professionnels de santé au même titre que les patients soient conscients des effets pervers du médicament. À ce titre, les notices d’utilisation ont été adaptées et ces informations apparaissent clairement, mentionnant le fait que le traitement doit être interrompu « devant tout symptôme psychiatrique ».

Outre les effets mentionnés ci-dessus, la persistance de troubles sexuels peut être observée, même après l’arrêt d’un traitement à la Finastéride. Qu’il s’agisse d’une diminution de la libido, de troubles de l’érection et/ou de l’éjaculation, il faut savoir que ces effets ont été identifiés et qu’ils existent. Certains cas de cancer du sein ont également été notés chez des hommes ayant suivi un traitement de Finastéride.

Vous comprenez maintenant pourquoi je me suis tourné (avec succès en plus !) vers des solutions naturelles pour traiter mon début d’alopécie… On ne peut avoir aucune confiance dans les traitements médicaux, je vous donne d’ailleurs mon avis sur le Minoxidil que j’ai personnellement essayé quelques mois.

Vous trouverez ici les différents effets secondaires du Minoxidil.

Share This