La chute des cheveux après l’accouchement

Les hommes ne sont pas les seuls touchés par la perte des cheveux : aussi appelée alopécie, elle est en effet courante après l’accouchement. Parfois, le phénomène se résorbe de lui-même après quelques semaines, mais dans certains cas une aide médicale est nécessaire. Grâce à cet article, vous apprendrez à reconnaître l’alopécie grâce aux symptômes les plus courants, à en connaître les principales causes, ainsi qu’à savoir vers qui vous tourner pour obtenir un diagnostic et un traitement efficace.

Définition et symptômes

Il faut savoir distinguer une perte de cheveux inquiétante de la chute de cheveux quotidienne, qui est parfaitement normale. Ainsi, entre 50 et 100 cheveux peuvent tomber chaque jour lors du brossage ou du shampooing, cela correspond au cycle de vie de la chevelure qui se renouvelle régulièrement.

En revanche, si plus de 100 cheveux environ tombent chaque jour ou qu’ils se détachent par poignées, faisant des touffes dans la brosse à cheveux, il y a lieu de se poser des questions. De même, si vous remarquez que vos cheveux deviennent fins, ternes, ou que des zones clairsemées apparaissent le long de la raie centrale ou à l’arrière de la tête, il doit sûrement y avoir un problème.

Le phénomène est assez courant et bien connu des spécialistes : l’accouchement provoque parfois une alopécie passagère, qui se traite très bien.

Prédispositions

Il est difficile de prévoir quelle femme va développer une alopécie post-partum, mais certaines caractéristiques peuvent vous mettre la puce à l’oreille. Ainsi, seront plus susceptibles de souffrir d’une perte des cheveux :

  • Les femmes ayant une anémie ou une fatigue chronique,
  • Les femmes qui ont des problèmes hormonaux, notamment thyroïdiens,
  • Les femmes souvent stressées,
  • Les femmes qui fument la cigarette,
  • Les femmes ayant des carences alimentaires,
  • Les femmes qui ont déjà connu un ou plusieurs épisode(s) de perte des cheveux.

Il s’agit d’une idée assez répandue, mais non, les femmes ayant des régimes particuliers comme le végétarisme, le végétalisme, le sans gluten ou le sans lactose n’ont pas plus de risques que les autres de souffrir d’une perte de leurs cheveux après l’accouchement.

La chute des cheveux après l’accouchement

Causes possibles

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la perte des cheveux après l’accouchement :

  • L’accouchement provoque une chute importante de la concentration en œstrogènes. Cette hormone a un fort impact sur la structure du cheveu ainsi que sur le bon déroulement du cycle capillaire. Ainsi, la baisse de sécrétion d’œstrogènes peut provoquer une alopécie passagère.
  • Des carences alimentaires en certains nutriments essentiels peuvent affaiblir la chevelure, et même provoquer la chute des cheveux. La grossesse est une période propice pour l’installation de carences, car le développement du fœtus requiert un apport plus important en nutriments. De plus, l’accouchement provoque une importante perte de sang qui peut induire une soudaine baisse de la concentration en fer chez certaines femmes.
  • Les cheveux sont très sensibles au stress. Ils peuvent y réagir immédiatement ou plusieurs mois après le pic de stress. Ainsi, une grossesse compliquée et stressante, ou une adaptation lente et difficile à la nouvelle vie de mère avec la fatigue que cela implique, peuvent entraîner une alopécie.

Diagnostic

En cas de chute des cheveux importante et inhabituelle, si vos cheveux deviennent ternes, fins et cassants, ou si certaines parties de votre crâne commencent à se dégarnir, nous vous conseillons d’aller consulter un spécialiste. Celui-ci peut être un dermatologue spécialisé ou un expert capillaire, et il saura vous fournir un diagnostic personnalisé.

L’expert procédera à un examen global : santé du cuir chevelu, structure du cheveu observée au microscope, questions sur votre mode de vie et votre alimentation, etc. Il peut aussi vous demander de réaliser un bilan sanguin ou hormonal, afin de déterminer de manière sûre la cause de votre alopécie.

Traitements

Suite à ce diagnostic, vous devrez suivre un traitement afin de ralentir ou de stopper définitivement la perte de vos cheveux. Les traitements proposés sont généralement de trois natures :

  • Locale : le spécialiste vous prescrira une lotion, un sérum ou une macération de plantes à appliquer sur votre chevelure avec de légers massages, afin de lui apporter des nutriments et de stimuler le cuir chevelu.
  • Orale : grâce à des compléments alimentaires ou homéopathiques, vos carences seront comblées et vos cheveux retrouveront leur vigueur. Bien sûr, il importe aussi que vous adoptiez une alimentation équilibrée à base de produits frais !
  • Hormonale : si le spécialiste a observé un déséquilibre hormonal, un traitement adapté permettra d’y remédier
Share This